Rechercher

Les disques Silver Dreamcast ou le mystère de la production

Dernière mise à jour : sept. 9


Une des étapes, la moins documentée dans la conception des jeux vidéo, est la production, la fabrication de ceux-ci. Le secret est bien gardé. Le mystère demeure entier. Qui ne voudrait pas voir des photos, des vidéos de chaîne de production ?

Ils existent sur la Dreamcast des disques que l'on surnomme les "Silver". Ils n'ont rien à voir avec les prototypes. Ce sont des GD-Rom de pré-production. On pourrait les comparer à des échantillons. Ces disques ne possèdent aucun label. Le titre du jeu est souvent écrit à la main dessus. En se fiant à des rumeurs, Sega et les éditeurs tiers, lors de la production des jeux, avaient le droit à 50 disques d'échantillonnage, afin de tester l'optimisation du jeu en condition réelle. S'ils dépassaient ce quota, ils devaient payer des frais supplémentaires. Ces disques finissaient par être employés comme version promotionnelle avant la sortie du jeu. C'est encore très vague, les sources se contredisent.



Nous n'avons encore jamais vu de Silver de GD-Rom japonais. Avaient-ils le même procédé chez eux ? Était-ce peut-être les Sample ?


Une personne travaillant dans l'industrie cinématographique, notamment dans la réalisation de Master de films sur Blu-ray, 4K Ultra HD Blu-ray, et occasionnellement des DVD nous livre un témoignage des plus intéressants :


"Je peux donc dire avec 99% de certitude que les disques "white label" (il doit plutôt parler des Silvers) sont ce que nous appelons dans l'industrie cinématographique des "checkdiscs". Une fois que les données ont été envoyées au réplicateur (de nos jours en les téléchargeant, dans le passé généralement sur une cartouche DLT), elles sont glass masterisées (processus de production) et le réplicateur va exécuter une petite quantité de ces disques pour que le client les approuve."


photos de Yoann Sega


"En fait, ces disques sont la dernière chance de détecter tout problème lié à un titre et la première occasion d'essayer de le lire à partir d'un véritable disque ROM, avant qu'il ne soit produit en masse et envoyé aux magasins. Nous envoyons parfois les disques de contrôle aux journalistes, uneé fois que nous les avons utilisés pour les tests. Ils sont souvent détruits une fois que la fabrication a été lancée"


En lien avec la production, vous pourrez parcourir mes article consacré à la logistique de SEGA , au SAV de SEGA France et sur les prototype dreamcast (le développement).



30 vues0 commentaire