La montée en puissance de Sega France et sa chute vertigineuse !

Après la Logistique de Sega et le SAV de Sega France, attardons-nous sur la montée en puissance de la firme à l'hérisson bleu et à sa chute vertigineuse.

N'oublions pas le lancement français de la Dreamcast, sa connectivité online et la brève renaissance de la marque.

Quelques anecdotes vous seront racontées dont une à propos de Propeller Arena.

Il s'agit d'un condensé d'informations mises bout à bout  que j'ai archivé sur une période de 6 ans.  Elles peuvent refléter l'expérience des individus et non pas forcément la réalité. Bonne lecture !

Un aperçu de l'histoire de Sega France à travers les âges

Pour la petite histoire, Virgin Loisirs devînt Sega Franc fin 1991, Sega Japon ayant repris la distribution en direct. On appellera ces pionniers, les "historiques". C'était un team, une grande famille où ils avaient le sentiment de travailler avec des collègues merveilleux.

Team Sega France, lancement de la Dreamcast

Sega France team (époque dreamcast)

La marque Sega était dans le top 5 des noms de sociétés les plus connus derrière Coca Cola selon une étude réalisée à l'interne durant la période Megadrive. Les publicités "Sega c'est plus fort que toi" ont bien aidé.

Au début des années nonantes, les chiffres de ventes explosaient,   une guerre sans merci était déclarée contre Nintendo. C'était une autre époque où l'argent ruisselait, il y avait des séminaires dans les îles avec les acheteurs, pour la saison de formule de 1 de 1993 toute le team était parti au Mans en TGV visiter les paddocks. On se souviendra également des millions injectés pour le Grand Prix Européen de Formule 1 la même année.

 

Le train Sega fut un abîme en coût. C'était le record d'argent dépensé par cible touchée. Ils avaient fait le calcul nombre de visiteurs/ budget. Il ne pouvait pas " techniquement" atteindre plus de personnes.

Euro Challenge, train Sega

Train Sega Euro Challenge 1993.jpg

La guerre entre constructeurs restait bon enfant, il y avait des tensions comme nous entre les joueurs Super Nintendo et Megadrive. Les réunions entre les différents représentants communications  constructeurs étaients chaleureuses.

L'échec de la  Saturn marqua la fin de la première période de Sega France . Une Saturn à 2900 francs ne pouvait pas rivaliser avec une Playstation à 1990 ou 2490 francs. Ridge Racer tournait dans tous les points de vente, la déferlante Sony commençait.

La Saturn vs PlayStation avait été un drame. Il n'y avait pas beaucoup de  pièces et le prix était exorbitant, la Saturn, un suicide annoncé.

Après les erreurs de Sega Japon en virant tous les concepteurs de jeux (période Saturn ), il y a eu la création de beaucoup de third party dont Acclaim qui a récupéré des techs de Sega. Pratiquement aucune third party n'a développé de jeu pour la Saturn à cause de la manœuvre à Tokyo de traiter tout le monde comme de vulgaires pions.

 

Le groupe Sony avait des moyens considérables pour s'imposer et surtout les moyens financiers d'obtenir des exclusivités temporaires avec les éditeurs tiers.

 

En six mois, Sega ne faisait plus aucune vente, Noël 1995 fut le début de la fin. Après des départs volontaires, les Japonais ont fait un grand plan social. En juin 1996, plus de 150 personnes avaient quitté l'entreprise. Sega n'était plus que l'ombre d'elle-même. Ceci clôtura le premier chapitre de Sega France qui aura duré 5 ans.

La deuxième période fut difficile à vivre pour certains "historiques ", beaucoup sont partis dans d'autre sociétés comme Sony, Acclaim ou Disney. Le changement de direction et de politique n'y est pas pour rien.

Whats Shenmue

Sega Dreamcast président.jpg

La renaissance avec la Dreamcast fut brève. Sega était le niveau zéro du management. Sans la fortune personnelle d'Isao Okawa, tout se serait arrêté après le plantage de Saturn pour les raisons vues plus haut.

À Tokyo l’ambiance était sans équivoque. Tant qu'Isao Okawa donnait la garantie aux banques, ça tenait. En mars 2001 il est mort, tout était bouclé, les banques ont dit Stop. Le management japonais était une catastrophe et pas que pour Sega. Ils ne savaient pas gérer quand il y avait un peu de vent dans les voiles.

Le départ des bureaux de Sega France s'est fait par un grand nettoyage par le vide. Une grosse campagne de destruction a été lancée lorsque Bigben arriva. Très peu de choses furent sauvées. Peut-être des montgolfières qui hélas avec les aléas du temps et le coût de stockage ont fini à la benne il y a quelques années.

Lorsque Sega passa éditeur tiers, ce fut dur à s'adapter et vendre à ceux qui étaient alors leurs concurrents.

Quelques anecdotes

L'échec commercial de l'Action Chair Megaddrive !!!

350 fauteuils Sega Megadrive furent vendues à la Fnac, 600 autres ont été détruit.

 

1 fauteuil = 1 euro place palette, imaginez-vous le prix de stockage !

 

En dehors de la Fnac, il y a  eu peut-être 20 ventes ! Donc facturation de 950 palettes chaque mois par l'entrepôt.(950 E ) 

Un gros fauteuil genre rallye en plastique monté sur un gros joystick avec lequel on tournait en se penchant, un truc a la con ! Les employés de sega France s'en servaient pour faire des concours au bureau. Sega essayait de les offrir au personnel mais personne n'en voulait.

Quand un commercial a vendu 350 pièces à prix cassé à la Fnac, c'était la fête au bureau, Pizza et coca pour tout le monde ! L'acheteur de la Fnac a dû regretter son achat. Il était offert à l'achat d'une MEGA CD à la Fnac.

Un hélicoptère pour le département Marketing !!!

Pour un évènement  qui avait lieu à Courchevelle, le chef produit Marketing s'était retrouvé avec 12 meubles de démonstrations dreamcast dans la station du bas. Ils n'avaient aucun moyen de monter le matériel à la station du haut pour une soirée qui démarrait vers les 21 heures.

Pris au dépourvu, à 17 h, ils ont trouvé dans la foulée un hélicoptère et un pilote. Il a eu ses meubles prêts à être utilisés pour sa fiesta.

 

Faites le calcul du prix d'une rotation pour un hélicoptère alors douze !

Action Chair Sega Megadrive.png
Hélicoptère article Sega marketing anecd

Et si un stock de Propeller Arena existait !!!

Tout le monde connaît l'histoire de Tetris sur Megadrive. Le jeu aurait été produit puis son stock détruit. Une dizaine de copies ont été sauvées.

Il se peut que le jeu  Dreamcast Propeller Arena ait subi le même sort. Certains de chez Sega of America émettent cette hypothèse sans avoir pu la confirmer.

La date de sortie était prévue une semaine après son annulation. Des copies dorment peut-être dans un dépôt . Si le 11 septembre n'avait pas eu lieu ( la cause de son annulation), il aurait été sans doute retardé. Des copies de préproduction (Silver) ont été faites. Aucun ordre de destruction n'a été donné. Le stock dort peut-être toujours au fond d'un entrepôt !

"The funny thing is the release date was a week away when they cancelled it so

I still think there has to be retail copies sitting in a warehouse somewhere!  But all of the people I asked told me they were never actually made and that the game was going to be delayed if Sept 11 hadn't happened.  Who knows if they were telling the truth

 

it was cancelled solely because of Sept 11. And it was totally done too, packaging and everything, though no retail copies were ever made. Its a good game too! Just bad timing.

Propeller Arena Dreamcast.jpg
Atari_E.T._Dig-_Alamogordo,_New_Mexico_(

I did own a Propeller Arena silver. Maybe someday they will see the light of day!  I know they didn't go and destroy anything, so they are somewhere if they were made"

Le lancement de la dreamcast et de son réseau

Le matin du lancement de la Dreamcast en France, le réseau online ne fonctionnait pas . Quatre allers-retours Paris- Londres avec un jet spécialement affrété pour SEGA furent nécessaires pour résoudre les problèmes en se rendant chez BT (opérateur anglais). À 21 h, les consoles pouvaient se connecter à Dreamarena.

Le coût du lancement raté de la Dreamcast aurait coûté plus cher que la location d'un avion.

Lors des essais du réseau, un des numéros attribué par France Télécom à Sega France était le numéro d'un particulier. Le pauvre recevait des dizaines d'appels de modem qui essayaient de se connecter !

Il aurait été possible de faire marcher le réseau online partout en Europe depuis l'Angleterre. Sega France, par exemple, avait des solutions avec SFR qui relayait pour BT. Une ferme Relay était implantée dans chaque région. La Suisse qui du attendre minimum 6 mois pour connaître le plaisir de l'Online aurait pu être connectée dès le départ sur l'Est de la France.

Il y a eu 2 lancements pour la Dreamcast en France, un intimiste et un officiel. Chez Virgin Champs-Élysées pour le lancement ventes et la soirée de lancement VIP officielle au salon France Amérique.

La Dreamcast avec la signature de Rocco Siffredi était une des consoles utilisée lors de la soirée au Virgin Mega Store, la première fois que Sega connecta Dreamarena en public. Elle a été vendue il y a quelques années sur Ebay.

Rocco a signé la console qui a donné le Top officiel du lancement de la Dreamcast. C'est la première console Dreamcast publique à avoir tourné en France.

Il etait le pote d'un gars de chez Sega.

Carton d'invitation soirée lancement de la dreamcast "Salon France Amérique"

Dreamcast, lancement français invitation
TrickStyle Dreamcast Rocco Siffred dreamcast pub.j

À défaut de pouvoir le scanner, quelques photos d'un fascicule Dreamcast Marketing en relief.

Il a été dessiné par Sonic Team à Londres sous le contrôle du marketing France en reprenant la charte graphique définie par Sonic Team Londres et Tokyo.

Il était remis aux journalistes et aux clients des centrales

Toy’s « r » Us, Micromania, Fnac etc...et les journaux  tous supports (spécialisés jeux et presse quotidienne ou hebdomadaire) sans oublier les émissions et journalistes spécialisés Tv (Collaro, Drevet, Chevalet).

Il explique le réseau mis en place pour la promo du lancement de la console.

Vous pouvez le télécharger en PDF et photo ici