Rechercher

Hack de la Sega Fish Life pour être joué sur émulateur et console Dreamcast


Le but d'une release est que celle-ci puisse être accessible à tout le monde dans des conditions optimales. Les gens veulent s'y essayer même juste quelques secondes. Ce n'est pas amusant sinon !


Le dump d'origine de la Sega Fish Life (bios, flash et jeu) ne permettait pas d'être joué sans posséder cet OVNI. Il fallait contourner ce problème pour en faire profiter le plus grand nombre de personnes possible. Nous y sommes arrivé en patchant l'ISO. Sans ça, cette release n'allait intéresser que le milieu de la préservation sans s'adresser aux principaux intéressés, les joueurs.

Il y a quelques années, j'avais pu travailler sur le projet de release et de préservation de la Sega Fish Life mené par le Musée Bolo. Si je m'étais principalement occupé du dump du jeu et de faire le lien entre la team de bidouilleur et le musée, mes amis, eux, avaient pu hacker l'ensemble afin que le jeu puisse se lancer sur émulateur et sur une console Dreamcast.


Fish Life est un ensemble de simulateurs d'aquariums développés par SEGA en 2000.


Cinq éditions ont été réalisées au format GD-Rom, chacune présentant une partie différente de la vie marine. La console (HKS-0300), similaire à une Dreamcast, inclue un écran tactile et un microphone.

En posant son doigt sur l'écran tactile, les poissons le suivront selon leurs envies du moment. En touchant une de ces créatures des fonds marins, on apprendra davantage à leurs sujets comme leurs espèces, leurs habitudes et leurs habitats. La Sega Fish Life se voulait être éducative.


Le microphone permet de parler aux poissons pour les faire danser, leur donner à manger ou changer leurs émotions (ennui, peur etc.).



Ces 2 fonctionnalités, les plus intéressantes, ne sont disponibles qu'avec la vraie console. Avec un peu de travail , il serait possible de recréer le mécanisme tactile et de le porter sur KOS pour une utilisation future dans l'Homebrew.


En appuyant sur "Bas" de la croix directionnelle et "B", un Debug Menu s'ouvre. Cet écran permet de modifier les réglages sonores, la couleur et écouter la musique et les bruitages du jeu.

Le bios se trouve être la bootROM v1.01d habituelle. La mémoire flash est cependant différente. Elle ne fait pas 128 Ko mais 256 Ko, divisé en deux moitiés identiques de 128 Ko. Le jeu, au début de son exécution, lit la mémoire flash, ce qui n'est pas très courant, du moins pour les jeux sous licence. Le jeu vérifie que le nom/code de la machine stocké dans le flash est correct. Sur Dreamcast, on retrouve"Dreamcast", ici comme c'est une console spéciale, le nom est "Fish Life". Un correctif rapide contournant cette vérification a suffi à faire démarrer l'image GDI sur n'importe quelle Dreamcast.

J'imagine que vous voulez l'essayer non ?


  • Le "Patched GDI Image" fonctionne sur émulateur et avec GDEMU. En lançant le jeu via Dreamshell, il reste figé sur un écran noir. Le soft est très limité à jouer sans posséder le véritable hardware, on peut simplement bougé dans l'aquarium.

Analyse détaillée de japanese-cake avec lien de téléchargement du GDI modifié (hack) :

https://blog.japanese-cake.io/index.php/2020/05/11/catching-up-part-2-fish-n-chips/


  • Les membres du Musée Bolo ont effectué énormément de recherches à son sujet. Ils ont documenté la Sega Fish Life au maximum (commandes vocales, spécificité matérielle et logicielle, histoire etc.).


Release d'origine par le Musée Bolo sans le hack :

https://segafish.museebolo.ch/


Remerciement :

-A SiZiOUS, FamilyGuy et japanese-cake, on s'était bien amusé à travailler dessus.

-Au Musée Bolo de nous avoir donné un accès anticipé au jeu afin de le patcher.